Comment créer trois ambiances d’éclairages photo ou vidéo dans une pièce

Dans cette vidéo géniale, on vous explique comment créer trois ambiances d’éclairages différentes, de façon très ludique et originale. Ces ambiances sont proposées pour de la vidéo avec un éclairage « lumière continue », mais l’on peut facilement reporter ces techniques avec des lumières de type Flash. Il faut parler l’anglais, mais avec un peu de bases photographiques, vous arriverez à comprendre et mettre en pratique tout cela.

Voici la vidéo : Cliquez sur ce lien

Merci à :

Produced by Dugly Habits (duglyhabits.com)
Camera: Mark Klotz
Lighting: Dugly Habits
Actors: Joanna Barbera (Paula), Ives Pancera (Peter)
Supported by dedo light (dedolight.com)

La fine équipe pour les cuisiniers

Yannick Hornez, l’auguste gourmet et Thomas Muselet, l’artiste photographe au service des cuisiniers

 

Côté scène, il est Momo. Son nez rouge, ses traits sous les yeux et son grand pantalon… L’Auguste qui donne la réplique au clown blanc Cracra depuis vingt ans et qui a fait venir les plus grands clowns du monde dans le Nord de la France. Côté coulisses, on le retrouve devant la caméra de Wéo ou dans les magazines comme Nordway et JAP ; il est l’apôtre du bien boire et du bien manger; il traque les bonnes adresses, restaurants gastronomiques et bistrots gourmands… pas forcément les plus chers. Mais il s’arrête partout où il est sûr que le chef mitonne des produits frais et de saison ; c’est son dada. Pour lui, les métiers de bouche viennent directement du cœur il est comme ça ; direct, généreux et… malin. Cet ami des grands cuisiniers de notre région connaît les meilleurs producteurs, tutoie les orfèvres de la pâtisserie, de la boulangerie, de la boucherie… et sillonne la France en quête d’un << petit vin qui gagne à être connu >> ; un chroniqueur culinaire en Nord !

Qu’il s’agisse de photos d’artistes, de musiciens, de cuisiniers, Thomas, la trentaine, installé près de Lille et spécialisé dans le portrait et le photomontage, est un génie de la création numérique. Roi des trucages et de la retouche, cherchant toujours un rendu artistique de qualité, il réalise à tous les coups des créations originales et uniques. Méticuleux et très technique, de nombreux magazines spécialisés publient aujourd’hui ses articles. Mettant son talent, sa créativité et sa sensibilité au service des univers de chacun Thomas est un artiste hors normes en pleine expansion.

 De Paris à New York, le chroniqueur et le photographe sont devenue les « incontournables » pour la création d’images originales et surprenantes pour les cuisiniers de renommé mondiale.

Réaliser une photo avec un éclairage artistique clair obscure

Le clair-obscur en photographie permet de produire sur le plan de l’image des effets de relief par des effets d’ombre et de lumière sur les volumes perceptibles dans l’espace réel. Elle consiste en général, à réaliser des dégradés de couleur sombre sur un support plus ou moins clair mais parfois, à l’inverse, par des dégradés claires sur un support sombre. On le retrouve généralement dans les photos noir et blanc, pour donner de l’élégance aux très belles courbes des femmes.

J’ai utilisé cette technique pour mettre en valeur la gymnaste Pascale. A l’aide d’un fond de couleur noir, et de deux boites à lumières en mode rétroéclairage, il est possible de réaliser simplement cet effet artistique photographique. L’ensemble réagit beaucoup mieux sur des parties de peau nue.. néanmoins, sur des matières très réfléchissantes comme ce « body » de gym, l’effet clair obscure fonctionne très bien. je vous déconseille d’utiliser des matières style velours, car elles ont tendances à absorber la lumière et vous aurez du mal à réaliser de belles courbes de dégradés.

 

 

Photo artistique clair obscure

 

Pour cette séance j’ai donc utilisé deux boites à lumières Profoto, fines, de type « STRIP » 30cm sur 180cm. Ces boites à lumières se focalisent plus sur les parties souhaitées, et ne dispersent pas trop la lumière. Je les recommande pour les éclairages back light « rétroéclairage ».

 

Boite à lumière profoto

 

Positionnez les boites à lumières comme sur le schéma ci-dessous. Visez le centre du modèle et ajustez l’angle pour obtenir des courbes plus ou moins éclairées. Prenez votre mesure avec votre flashmètre à l’endroit le plus éclairé de la courbe.

Plan d'éclairage Photo

1: Boite à lumière Strip Light en rétroéclairage

2: Drapeaux

3: Banc de sport

Canon EOS 5D

Lens: EF 24-70 f/2.8L USM

1/125s   F/9   Iso 100

 

Avec des éclairage « back light » et suivant votre cadrage et la qualité de vos objectifs, vous obtiendrez souvent du « flare »* et différents parasites lumineux. Pour parer à ces problèmes, utilisez des drapeaux de couleur noir ou des plaques de polystyrènes peintes en noir.

Drapeaux coupe flux

 

 

Ci-dessous, une version différente avec une source lumineuse supplémentaire. Caché derrière son dos, un flash avec comme accessoire muni d’un réflecteur standard zoom et d’une grille nid d’abeille de 20° dirigée ver le fond.

Avancez ou reculez ce flash du fond, pour obtenir un halo de taille souhaitée.

photo clair obscure

Définition du Flare:

Le facteur de flare (« lens flare » en anglais) est une aberration optique due à une diffusion parasite de la lumière à l’intérieur d’un objectif. Cette diffusion entraîne une baisse générale du contraste de l’image obtenue. Les objectifs les plus touchés par ce phénomène sont le plus souvent ceux dont la formule optique comprend le plus de lentilles, chaque lentille offrant une nouvelle possibilité de diffusion de la lumière. Les traitements anti-reflet sont l’un des moyens utilisés pour lutter contre ce phénomène avec les objectifs modernes.

 

 

Créer un éclairage photo divin avec une seule source de lumière

Dans cet article, je vais vous expliquer comment à l’aide d’une seule source de lumière, créer un effet divin des plus minimaliste, mais aussi des plus efficace.

J’ai passé beaucoup de temps à améliorer mon éclairage studio, à courir après une multitude de combinaisons de sources lumineuses, allant jusque 8 à 10 sources différentes, pour éclairer un seul portrait. Mais au bout du compte, il faut savoir se remettre en question, et se rappeler les règles les plus évidentes.. « les choses les plus simples, sont souvent les meilleurs ».

Avec l’experience, je me suis rendu compte, qu’une image (comme un film ou une musique) a une durée de vie quantifiable. L’effet de mode, les technologies y sont pour beaucoup. Je me suis posé la question du pourquoi?… et en analysant les images qui ont traversées le temps..je me suis bien aperçu que seul les photos les plus simples et minimalistes ne vieillissent pas. Pensez à cela lors de vos séances photos. La course à la perfection et aux techniques multiples, n’est pas forcement la solution pour créer des images fortes.

Voyez ici comment, avec juste un Bol Beauté et un réflecteur, nous arrivons à créer une image forte et minimaliste avec une lumière Divine.

portrait noir et blanc d'une femme noir avec un éclairage simple

Pour photographier le modèle Goundo, j’ai utilisé un seul bol beauté. Le bol argenté de la marque Profoto, offre une combinaison parfaite avec, d’une part, une lumière uniforme, et d’autre part une définition et un contraste éclatants. L’effet qui en résulte est un aspect pur, naturel, avec des ombres légèrement accentuées, souvent l’idéal pour les portraits et les photographies de personnes.

Bol Beauty ProfotoGrille nid d'abeille Profoto

Le bol beauty Profoto, peut être utilisé avec une grille nid d’abeille de 20°, qui évite les propagations de lumières sur les cotés. Utile si vous voulez éclairer uniquement le visage et non le fond papier.

Positionné sur une girafe de type Superboom de chez Manfrotto, surplombant à 45°, veuillez trouver la position idéale pour éclairer le visage du modèle uniformément. Pour ce type d’éclairage photo, votre modèle doit impérativement lever la tête,  car sinon les orbites des yeux seront plongés dans l’ombre et vous perdrez ce coté pure et divin.

Plan d'éclairage portrait

A: Bole Beauty argenté Profoto

B: Réflecteur argenté.

Canon EOD 5D Mark II

Objectif 100mm

F/4       1/160s    Iso 50

 

Pour déboucher les ombres du cou, un simple réflecteur argenté placé sous le buste du modèle a fait l’affaire. Veuillez monter ou descendre celui-ci, pour obtenir l’éclaircissement souhaité.

réflecteur argenté

 

Utilisation du Magnum Réflecteur accessoire Profoto

L’accessoire Magnum Réflecteur de la marque Profoto à l’avantage d’augmenter la puissance de votre Flash d’un Diaf par rapport aux réflecteurs zoom standards, mais sans créer un faisceau lumineux central trop excessif. En resumé, choisissez le Magnum quand vous voulez une propagation de lumière normale avec une puissance maximale. La douceur de la lumière est vraiment un de ses points forts. Le Magnum peut également être utilisé en combinaison avec différentes grilles de diffusion. Je rajouterais que c’est l’accessoire idéal pour créer des ombres fortes et marquées sur votre Fond.

Exemples d'utilisation Magnum reflector

 

A: Fond Papier

B: Magnum Réflecteur

Ouverture: Diaf 9

Vitesse d’obturation: 1/125eme

Iso: 50

 

Ombre Magnum réflecteur

Magnum Réflecteur utilisé sur sa Position 5 au niveau de la Bague d’enfoncement (voir ombre plus diffuse)

 

Test Magnum réflecteur 2

Magnum Réflecteur utilisé sur sa Position 9 au niveau de la Bague d’enfoncement (voir ombre plus dure)

 

Plus d’information sur www.profoto.com/zoom

Comment comparer la qualité des objectifs photos

Voici un site très intéressent, qui permet de comparer la qualité des objectifs photos sur le marché. C’est très impressionnant de constater que le prix n’est pas forcement une référence en terme de qualité.

Principe d’utilisation: Choisissez votre marque et type d’objectif, et utilisez la fonction « switch » pour comparer… très bluffant.

Nous pourrons par exemple constater qu’un objectif Canon 50mm 1.2 est moi performant qu’un Objectif Sigma haut de gamme 50mm 1.4…à méditer.

 

Liens vers le site de comparaison

Quelques définitions Photographiques de bases

3D

Abréviation de trois dimensions. Une image 5D est une image tridimensionnelle qui semble posséder une hauteur, une largeur et une profondeur, ce qui la rend réaliste et convaincante.

 

Balance des blancs

Fonction des appareils numériques qui permet à l’utilisateur, en cas de déséquilibre des couleurs, de supprimer la dominante de couleur d’une image exactement comme le fait notre oeil, en vue d’obtenir un équilibre chromatique normal. Voir aussi dominante de couleur.

Boîte à lumière

Équipement photographique diffusant une lumière réfléchie, destinée à créer un éclairage doux et diffus sur le sujet photographié.

Brume

Phénomène causé par la présence dans l’atmosphère de particules d’eau et de poussières de toute nature, qui diffusent la lumière. Selon son épaisseur, la brume altère plus ou
moins notre vision des espaces environnants.

Caustiques

Motifs lumineux qui se produisent lorsque la lumière est reflétée ou réfractée par une surface incurvée ou déformée, on en observe par exemple souvent au fond des piscines.

 

Chanfrein

Bord biseauté ou arrondi, très courant sur les objets manufacturés. Les bords chanfreinés captent la lumière sous des angles très variés, créant de nombreuses réfléxions.

 

Chute d’intensité lumineuse

Le terme décrit le fait qu’une lumière devient moins vive au fur et à mesure qu’elle s’éloigne de sa source.

 

Contours perdus

Le contour d’un objet peut être très atténué ou partiellement supprimé sans que cela nuise à la lecture, le cerveau étant capable de reconnaître malgré tout la forme. Cela peut
être utilisé utilement en peinture et en photographie de façon à atténuer les contrastes et à créer une transition plus douce.

Contraste

Différence entre des valeurs tonales contiguës. I’éclairage Low-key crée de forts contrastes, tandis que l’éclairage high-key en produit de faibles. Les contours nets et les surfaces brillantes créent des contrastes plus élevés que les contours adoucis et les surfaces mates.

 

Contre-jour

Mode d’éclairage artistique dans lequel la source lumineuse se trouve derrière le sujet, ce qui contribue à distinguer ce dernier de son arrière-plan et à donner davantage de profondeur à l’image.

 

Couleur intrinsèque

Teinte réelle d’un objet, sous la lumière blanche. Elle ne coïncide pas forcément avec la couleur perçue par l’œil, pour de nombreuses raisons (réflexion, source lumineuse colorée, etc.).

 

Couleurs primaires de la lumière

Rouge, Vert et bleu (souvent abrégés en RVB) sont les couleurs primaires de la lumière, leurs divers mélanges produisent toutes les couleurs du spectre Visible. (Dans le cas d’utilisation de pigments, les couleurs primaires sont le bleu, le rouge et le jaune.

 

DAO

Acronyme de Dessin assisté par ordinateur, on parle aussi de CAO (Conception assistée par ordinateur). Utilisation d’applications informatiques pour le dessin de modèles virtuels
en deux ou trois dimensions.

 

Déformation

Effet produit sur une réflexion par toute irrégularité d’une surface réfléchissante. La déformation de la réflexion suit l’irrégularité sur toute sa longueur. Les courbures déforment
également les réflexions. Voir aussi réflexion anisotropique.

 

Diffusion

Dispersion multi-directionnelle d’un rayon lumineux produite par la matière qu’il traverse ou qui le refléte, par exemple la brume ou la poussière. Résultant de l’interaction entre la lumière et la matière, le niveau de diffusion dépend de la nature de la substance, plus ou moins diffusante. Voir aussi réflexion diffuse, brume.

 

Dominante de couleur

Lorsque les couleurs primaires d’une source lumineuse ne sont pas équilibrées, la scène présente une dominante de couleur, en général filtrée par le cerveau (qui tend à percevoir la lumière comme neutre). Cette dominante de couleur reste visible sur une photographie. Voir aussi couleurs primaires de la lumière, balance des blancs.

 

Éclairage au tungstène

Type de lumière incandescente à dominante orangée, généralement utilisée pour l’éclairage domestique.

 

Éclairage de face

Source lumineuse placée directement devant l’objet, créant un aplatissement qui révèle très peu la forme et la texture.

 

Éclairage fluorescent

Eclairage utilisant un gaz rare, qui produit une lumière à dominante verte ou bleue. Il est généralement utilisé pour éclairer les espaces publics.

 

Éclairage high-key

Style d’éclairage photographique à faible contraste, obtenu par l’utilisation d’un contre-jour et d’une lumière secondaire, de façon à réduire le contraste entre les zones éclairées et les parties dans l’ombre. Voir aussi éclairage low-key.

 

Éclairage low-key

Style d’éclairage photographique reposant sur un fort contraste entre lumière et ombre en vue de créer des effets spectaculaires. Voir aussi éclairage high—key.

 

Éclairage trois points

Formule d’éclairage photographique classique comprenant une lumière principale, une lumière d’appoint placée en général à angle droit de la première et une lumière placée à
contre-jour.

 

Effet Fresnel

Phénomène selon lequel la réflexion produite par une sur- face diffère selon l’angle sous lequel on la regarde.

 

Faux contraste

Accentuation du contraste sur un contour. Cet effet est obtenu par le cerveau qui cherche à produire un niveau acceptable de contraste. Les applications de retouche photographique peuvent permettre d’imiter ce phénomène.

 

Indice de réfraction

Caractérise la vitesse à laquelle une certaine longueur d’onde se propage à travers une matière. L’air a un indice de réfraction inférieur à celui de l’eau qui elle-même possède un
indice plus faible que les pierres précieuses. Plus l’indice d’un matériau est faible, plus la lumière ralentit lorsqu’elle le traverse.

 

Lumière ambiante

En informatique, la lumière ambiante est une source lumineuse non directionnelle, voire très vaste, généralement de très faible intensité. Dans le monde réel, la lumière
ambiante est le résultat du mélange et des réflexions de toutes les sources lumineuses présentes.

 

Lumière diffuse

Lumière adoucie par son passage à travers une matière translucide ou par sa réflexion par une surface diffusante.

 

Lumière directionnelle

Lumière qui émet un faisceau dans une direction déterminée.

 

Lumière fragmentée

Désigne les zones mêlant lumière et ombre, créées par la lumière filtrée à travers une masse discontinue. Le soleil traversant un feuillage produit une lumière fragmentée.

 

Lumière neutre

Eclairage produisant des ombres dont les couleurs sont aussi saturées que celles des zones éclairées. Voir aussi saturation.

 

Lumière rasante

Eclairage d’une surface de manière oblique : la lumière effleure la surface, révélant texture et irrégularités.

 

Lumière réfléchie

Lumière renvoyée par une surface, qui ajoute à l’illumination générale d’un lieu tout en adoucissant les effets de l’éclairage.

 

Modèle chromatique additif

Modèle dans lequel les couleurs primaires du spectre lumineux visible se mélangent pour produire différentes couleurs. Lorsque les trois couleurs primaires sont mélangées en quantités égales elles donnent du blanc. Les écrans de télévision et d’ordinateur sont des systèmes utilisant les couleurs additives. (Le modèle chromatique soustractif, qui est en jeu lorsque l’on utilise des pigments, en peinture par exemple, a pour couleurs primaires le bleu, le rouge et le jaune.) Voir aussi spectre des couleurs, couleurs primaires de la lumière.

 

Occlusion ambiante

Illusion d’optique qui ajoute de la profondeur à une image lorsque l’on ombre les zones de contact entre ses différentes surfaces ; cela simule l’effet produit par une très grande source de lumière diffuse.

 

Ombre

Zone qui ne reçoit pas d’éclairage direct. Le terme désigne également, par opposition à pénombre, la partie centrale d’une ombre, la plus foncée et la plus nette.

 

Ombre portée

Ombre projetée par un objet qui fait écran à la lumière. Les ombres portées correspondent à ce que l’on nomme communément ombres, elles ont en général un contour net. Les sur-
faces spéculaires ou très transparentes ne peuvent recevoir d’ombre portée.

 

Ombre propre

Ombre discrète, aux contours doux, située du côté de l’objet qui n’est pas exposé à la lumière. Les surfaces spéculaires ou très transparentes n’ont pas d’ombre propre.

 

Pénombre

Partie la plus claire d’une ombre, près de ses contours.

 

Point de fuite

Point situé à l’horizon et utilisé comme point de convergence pour rendre la perspective. Une perspective peut avoir un ou plusieurs points de fuite.

 

Pollution lumineuse

Intrusion d’éclairage artificiel dans des zones qui ne sont pas censées être éclairées la nuit.

 

Rayonnement

Renvoi de lumière colorée produit par toute surface d’une couleur autre que le noir.

 

Réflexion anisotropique

Réflexion déformée par les irrégularités d’une surface réfléchissante anisotrope, telle que le cristal. Voir aussi déformation.

 

Réflexion diffuse

Effet de diffusion de la lumière produit par une surface ayant une propriété diffusante. Les rayons de lumière sont renvoyés dans toutes les directions. La plupart des matériaux naturels produisent ce type de réflexion, qui nous permet de percevoir la forme et la couleur des objets.

 

Réflexion directe

Effet de la lumière sur les surfaces brillantes comme l’eau ou le métal poli, produisant un reflet clair ou une image lisible. Les rayons de lumière sont renvoyés à un angle égal à leur angle d’incidence. On l’appelle également réflexion spéculaire.

 

Réfraction

Ralentissement et déviation d’un rayon lumineux passant d’une matière à une autre, par exemple de l’air à l’eau. Le degré de déviation dépend de l’indice de réfraction du matériau que pénètre le rayon. Les différentes longueurs d’onde qui correspondent aux couleurs produisent des déviations légèrement différentes. Voir aussi indice de réfraction, transparence.

 

Roue chromatique

Disposition des couleurs du spectre visible sur un cercle, de manière ininterrompue.

 

Saturation

Degré de pureté, d’intensité d’une couleur. Plus une teinte contient de lumière blanche, moins elle est saturée, elle pâlit jusqu’à devenir délavée.

 

Spectre des couleurs

Ensemble des ondes lumineuses. Les longueurs d’onde que nous sommes capables d’interpréter comme des couleurs forment le spectre visible de la lumière (qui va du violet au). Au-delà de ce spectre, on trouve l’ultraviolet, les rayons X et les rayons gamma dans les ondes courtes, et l’infrarouge, les micro-ondes et les ondes radio dans les ondes longues. Voir aussi lumière blanche.

 

Spécularité

Propriété d’un matériau capable de réfléchoir une image plus ou moins nette, comme le miroir, spéculaire par excellence (en latin speculum signifie miroir). On parle de réflexion spéculaire, reflet spéculaire.

 

Tache claire

Centre de la réflexion d’une source lumineuse sur une surface diffuse. Contrairement à un reflet spéculaire, il se crée un dégradé à partir de la tache claire vers sa périphérie.

 

Teinte

Valeur d’une couleur sur la roue chromatique.

 

Température de couleur

Évaluation de la chaleur d’une couleur. En termes visuels, plus la couleur est proche du rouge sur le spectre, plus elle est considérée comme chaude ; plus elle se rapproche du bleu, plus elle est perçue comme froide. Mais scientifiquement le rouge est situé à l’extrémité froide de l’échelle, et le bleu à l’extrémité chaude : plus une flâme est chaude et plus elle tend vers le bleu. Ces deux visions opposées doivent être prises en compte dans les représentations créées.

 

Terminateur

Frontière entre la partie éclairée d’un objet et son ombre propre.

 

Transition

Point où un objet passe de l’ombre à la lumière et vice versa. Plus les contours d’un objet sont durs, plus la transition est nette ; à l’inverse, des contours doux produisent une transition progressive. Les transitions contribuent à définir la forme et la composition d’un objet.

 

Translucidité

Propriété d’une surface qui laisse passer la lumière en produisant une diffusion.

 

Transparence

Propriété d’une surface qui laisse passer la lumière sans produire de diffusion. Les matériaux transparents ont souvent une propriété de réfraction.

 

Valeur tonale

Désigne la quantité de noir contenue dans un ton (la valeur la plus claire est le blanc, la plus foncée est le noir). La photographie noir et blanc retranscrit les valeurs tonales, mais une couleur possède également une valeur : son degré de luminosité se modifie selon la quantité de noir qu’elle contient. La valeur d’une couleur est relative, car elle est affectée par les couleurs environnantes.

 

Vecteur normal à la surface

Vecteur perpendiculaire à une surface. Sur une surface incurvée il en existe une infinité puisqu’il se modifie en suivant la courbure de l’objet.

Comment guider le regard

Textes et Photos tirés du Livre « Lumière » de Richard Yat des éditions Eyrolles

Dans l’image ci-dessous, il s’agit pour la lumière de servir deux objectifs étroitement liés : d’une part, éclairer et diriger le regard sur le personnage comme le projecteur sur la scène) et d’autre part,
contrôler le déplacement de l’œil au sein de l’image. L’œil est naturellement attiré par les contrastes, le plus fort contraste d’une image doit donc être réservé au principal centre d’intérêt. Le trajet suivi par le regard, déterminé par l’importance relative des contrastes, est matérialisé ici par les flèches rouges. Le cadre environnant est seulement esquissé car son rôle est de créer un décor tout en restant au service des personnages, beaucoup plus importants pour l’histoire. Les éléments de l’image sont mis en scène afin que l’oeil soit attiré par les personnages. Les tonneaux, les planches et même l’ombre guident ensemble le regard vers la pieuvre et le pirate.

Pirates comprendre la lumière

 

Notez que l’ombre n’est pas très fidèle à la réalité, car elle pointe dans une mauvaise direction (elle est projetée par la lune), c’est là un exemple extrême qui montre parfaitement qu’il est possible
de contourner les lois de la physique pour atteindre l’objectif recherché. Dans cet exemple, tout l’éclairage est là pour servir la composition. Ainsi, la lumière de la lampe est délibérément dirigée sur le pirate uniquement, pour attirer l’attention sur lui, ce qui ne serait pas l’effet produit par une vraie lampe. Ce genre d’astuce n’est pas réservé à l’illustration, au cinéma on pourrait obtenir un résultat semblable en plaçant une lampe très faible dans la main de l’acteur et en éclairant très fortement sa tête et ses épaules à l’aide d’un projecteur, comme ici.

Explication de la lumière

  1. lci, la vive lumière orange que le lampe projette sur le marin crée le contraste le plus fort par une combinaison de couleurs et de luminosités. L’oeil est ainsi immédiatement attiré par le personnage (notez qu’en noir et blanc l’effet ne serait pas le même, ce qui signifie que le contraste entre l’orange et le bleu joue en rôle important).
  2. Le deuxième contraste par ordre d’importance est celui créé par le tentacule se dessinant sur la lune. C’est là que l’œil se dirige donc en deuxième lieu, ce qui attire alors l’attention sur le pieuvre géante.
  3. Le troisième fort contraste est fourni par les yeux de la pieuvre, que l’on remarque donc ensuite. Lorsque vous parvenez aux yeux de la pieuvre, son regard baissé vous ramène au pirate, créant un trajet circulaire satisfaisant.

Comparez cette image avec la seconde version. Il arrive souvent que le client ou le directeur artistique demande des modifications et les illustrations connaissent de nombreuses variantes avant d’être finalisées.

 

Eclairage comprendre la lumière

Dans cette version, les différences d’éclairage affectent l’ensemble de l’image et le regard suit un trajet un peu différent. Comme la complexité a augmente l’organisation de la composition est moins évidente, cependant les idées de la première version fonctionnent toujours, quoiqu’avec un peu moins de succès. ll y a davantage de conflits entre les points d’intérêt, de sorte que la pureté de la composition originelle a disparu. Néanmoins, l’éclairage est plus réaliste, et ce compromis peut être nécessaire dans certain cas.

La composition et la mise en scène photographique

Textes et Photos tirés du Livre « Lumière » de Richard Yat des éditions Eyrolles

Il y a peu de règles en matière d’éclairage créatif, l’important étant précisément de se rendre compte que les règles peuvent être des obstacles. Les premières parties du livre traitaient des propriétés physiques de la lumière, mais quand il s’agit d’art il n’y a qu’une seule Vérité, essentielle : l’art n’a rien à Voir avec la physique. Il ne faut donc pas se montrer trop fidèle ni trop rigide par rapport à ce que l’on sait de la lumière dans le monde physique.

éclairage mise en scène

Cette image illustre l’une des plus simple méthodes de mise en scène: un projecteur éclaire un personnage de façon à le détacher de ce qui l’entoure.

 

Le but de toute création d’images, qu’il s’agisse d’une illustration, d’une animation ou d’un film, est de raconter une histoire. S’il est bien sûr nécessaire de comprendre la lumière pour développer un récit de façon réaliste, il n’en reste pas moins que bien souvent l’éclairage doit-être au service de la narration et non l’inverse. L’exemple le plus simple est celui du théâtre, où l’on braque les projecteurs sur le centre d’intérêt. Ce procédé très simple joue un rôle important, en dirigeant l’attention du spectateur là où le souhaite le metteur en scène. Il s’agit en général de cerner le personnage central de la scène, en plongeant tout ce qui l’entoure dans l’obscurité car sans importance pour l’histoire à ce stade de son déroulement.

Dans le monde réel, aucun projecteur n’est braqué sur les gens qui ont quelque chose d’important à dire et pourtant au théâtre, ce procédé n’est jamais remis en question, on l’accepte inconsciemment et l’on continue à suivre l’histoire. Aussi grossières et voyantes que paraissent ces ficelles cela ne pose aucun problème, étant donné que le public du théâtre est habitué à accepter les invraisemblances. Il existe bien sûr des moyens plus élaborés de diriger l’attention du spectateur là où on le souhaite, mais fondamentalement leur rôle est exactement le même que les projecteurs au théâtre.

Les plateaux de cinéma comportent de très nombreux éclairages qui ont chacun leur fonction, ils sont là pour présenter la scène de façon efficace et créer une ambiance, mais certes pas pour imiter la réalité. Le plateau le plus sophistiqué, comprenant des centaines d’éclairages, n’a de raison d’être que pour créer les effets nécessaires à attirer l’attention du spectateur sur ce qui est important pour l’histoire et, généralement, l’éclairage cinématographique n’a absolument rien de réaliste. Ainsi, les comédies sont la plupart du temps éclairées avec une lumière très uniforme et très vive, afin d’éviter les ombres qui pourraient créer une ambiance plus sombre; ce n’est pas un reflet de la réalité, mais un procédé visant à créer une atmosphère particulière.

Au cinéma, l’effet produit par le projecteur décrit plus haut dans le cas du théâtre est souvent obtenu de manière plus subtile. Ainsi, si le personnage principal est généralement éclairé par un projecteur, on ajoutera un reflet dans l’œil de l’acteur avec une lumière spéciale ou bien l’on utilisera plusieurs sources secondaires pour éclairer ou assombrir telle ou telle zone en fonction de leur importance ou encore pour créer un éclairage à des fins esthétiques.

Certains cinéastes aiment que leurs éclairages aient une explication, c’est-à-dire qu’ils proviennent d’une source lumineuse logique que le spectateur peut comprendre. Pour d’autres en revanche ce point est peu important et ils usent librement des éclairages dans un but créatif, sans trop se préoccuper de savoir si la source est vraisemblable ou non. En réalité, le public se demande rarement si les sources lumineuses ont une raison d’être, pour peu que rien ne soit trop clairement illogique.

éclairage Indiana Jones

Un projecteur éclaire lndiana Jones à l’intérieur du temple obscur.

éclairage photo

L’éclairage sert à distinguer le personnage de l’arrière-plan. La lumière est utilisée pour raconter une histoire e créer une ambiance et non pour recréer la réalité.

Déséquilibre dynamique

Créez un montage photo dynamique

Dans ce tutoriel, vous apprendrez à concevoir une “photo dynamique” en créant un effet de flottement et de déséquilibre. Vous y découvrirez toutes les phases techniques de prise de vue et toutes les différentes étapes de retouche graphique. J’ai réalisé cette photo pour EDS Production (qui est actuellement sous label Happy-Music), pour la pochette single du morceau “GIVE IT UP !” (musique électro-pop). Le cahier des charges dont je disposais me demandait de créer une mise en scène avec le chanteur Jean-Philippe et le compositeur DJ Steve Watt. La photo devait être simple mais aussi novatrice afin de sortir de la routine des pochettes actuelles. Ce single est un mélange de musique électro-pop et de voix rétro à la Motown. J’ai donc décidé de réaliser une image au décor minimaliste pour ne pas perturber le lecteur avec trop de superpositions visuelles (interférences), et de faire apparaître un compromis entre le côté rétro de la voix et l’aspect musique plus actuelle. J’ai créé ce contraste grâce aux divers objets agrémentant l’image, et surtout en bousculant quelque peu mes deux modèles, dans une situation que j’ai appelée “déséquilibre dynamique”.

01 matériel photo

saut chanteur

Pour réaliser cette prise de vue, j’ai dû utiliser du matériel d’éclairage spécifique Profoto, adapté à la situation. En effet, photographier une image avec du mouvement (photo dynamique) n’est pas si simple à réaliser en conditions de studio à l’aide d’un éclairage artificiel. La majorité des gens s’imaginent qu’avec un flash de studio nous pouvons figer (saisir l’action) tout type de mouvement, sans obtenir de flou ou de traînée. Mais c’est malheureusement faux… L’élément essentiel à prendre en compte est la durée de l’éclair du flash. Si elle est trop longue (ce qui est souvent dû à la qualité intrinsèque du flash), vous n’arriverez jamais à “geler” correctement un déplacement cinétique. Voici pourquoi, pour cette séance, j’ai dû m’équiper de flash studio Profoto, avec une durée d’éclair très courte. Renseignez-vous sur la durée d’éclair de votre flash pour savoir si vous pouvez réaliser ce type d’image.

 

02 le décor et les accessoires

photo de tuto

Pour les accessoires, j’ai choisi des choses simples pour ne pas embrouiller le lecteur avec trop d’éléments graphiques. Un décor blanc avec, au sol, du parquet vernis. Pour le côté rétro, j’ai fait revêtir à Jean-Philippe un costume “hors mode”, je lui ai mis un pied de micro dans les mains et, pour couronner le tout, j’ai placé en arrière-plan un fauteuil rouge très clinquant et criard au possible. J’ai ensuite équipé Steve (le DJ) d’un ordinateur portable et d’un casque de DJ pour donner à l’image un côté électro-pop.

 

03 la mise en scène

homme qui tombe

Cette photo n’est pas un montage. Les deux modèles ont été photographiés en même temps et dans la même action. Pour le chanteur, je lui ai demandé de se laisser littéralement tomber par terre plus d’une vingtaine de fois, jusqu’à saisir l’instant parfait… c’est-à-dire la limite du point de non-retour avant la chute. C’est ce qui a donné ce côté biscornu et bizarre au personnage… Ce n’est pas une posture naturelle, et c’est cette même position qui a créé en grande partie l’effet de déséquilibre de l’image. Sans une durée d’éclair assez courte, je n’aurais jamais pu figer parfaitement la chute du modèle. Pour le DJ, je lui ai fait adopter une posture d’apesanteur, comme s’il était déstabilisé par un fauteuil en mouvement.

 04 effet de flottement du fauteuil

photo de chanteurs

Pour réaliser cet effet de flottement, j’ai utilisé le principe de superposition de deux images. J’ai d’abord choisi ma photo de mise en scène principale, avec le fauteuil posé sur des cales improvisées (image 1). Ensuite, j’ai de nouveau photographié mon fauteuil, mais cette fois-ci sans les cales (image 2). Cette technique de prise de vue va me permettre au montage de travailler avec deux images différentes (une photo avec les cales et une autre sans) et surtout avec le même éclairage, ce qui facilitera le post-traitement de la photo.

 

05 traitement du raw

Traitement du raw

Toutes mes photos sont prises au format RAW. Appelé aussi “le négatif du numérique”, ce format me permet d’obtenir une image brute sans aucune compression et modulable à volonté avec un minimum de dégradation. J’ai utilisé Camera Raw de Photoshop et j’ai sélectionné d’abord ma photo (image 1) de mise en scène principale, avec mes deux modèles et les cales sous le fauteuil. J’ai effectué les premiers réglages de base : exposition, température de couleur, gestion des tons clairs et tons foncés, et contraste, et j’ai ensuite transposé ces mêmes réglages sur ma deuxième photo (image 2), celle avec le fauteuil, mais sans les cales.

06 montage

Photoshop

Pour réaliser le montage du fauteuil, j’ai utilisé Photoshop. J’ai placé mes deux calques, avec en arrière-plan mon image n°1 et au-dessus d’elle mon image n°2 en prenant garde à ce que les fauteuils soient parfaitement alignés. J’ai appliqué une opacité de 70 % sur l’image 2 pour vérifier.

 

07 montage

Photoshop

Ensuite, j’ai appliqué un masque de fusion à mon “image 2” et, grâce à un pinceau à contour dégradé et de la couleur noire, j’ai effacé presque toute l’image, sauf le dessous du fauteuil (mur blanc et parquet). Grâce à ce procédé, j’ai pu commencer à imaginer le rendu final et faire apparaître un effet de flottement.

 

08 montage

fauteuil

J’ai ensuite fusionné mon calque “image 2” avec le calque “image 1” et, grâce aux outils Tampon de duplication et Correcteur, j’ai appliqué de petites finitions jusqu’à obtenir un rendu précis et réaliste. Pour les ombres  du dessous du fauteuil, j’ai utilisé l’outil Densité pour récupérer d’éventuelles déformations et problèmes de contraste.

 

09 Montage

Redresement

J’ai ensuite procédé au redressement de certaines zones de l’image. Pour cette étape, j’ai utilisé l’outil Déformation (Édition> Transformation> Déformation) et j’ai étiré l’image sur les deux coins supérieurs. Cette manipulation m’a permis de corriger les déformations de perspective souvent générées par les objectifs reflex.

10 montage

tampon

J’ai ensuite remplacé le plafond en bois par la couleur blanche du mur de manière à gagner un peu de hauteur et surtout rendre plus harmonieuse la photo. Pour cette étape, j’ai utilisé le Tampon de duplication et j’ai rempli ma zone en respectant les dégradés de blanc de l’éclairage.

 

11 montage

bande

Je me suis ensuite attaqué à la bande grise située derrière les modèles. En créant une sélection grâce à l’outil Rectangle de sélection et en ébavurant les côtés de la bande (que j’ai matérialisée en rouge) grâce à l’outil Tampon, j’ai créé un bande grise propre et précise. Cette opération a eu pour effet de dynamiser la photo et de structurer l’image.

 

 12 montage

Pied de micro

Le pied de micro n’était pas complet à la prise de vue, il me manquait un micro de type “années 60”. J’ai donc dû l’incruster au montage. J’en avais préalablement photographié un. Après l’avoir importé dans Photoshop sous forme de calque et en le positionnant au-dessus de mon image principale à l’endroit adéquat, j’ai créé un masque de fusion et, avec un pinceau noir au contour dégradé, j’ai fait disparaître la matière autour du micro pour obtenir un effet réaliste.

13 montage

Ensemble

Enfin, j’ai retiré les derniers détails gênants pour “nettoyer” mon image en utilisant de nouveau le Tampon de duplication et le Correcteur, faisant disparaître les éventuelles taches sur le mur et le plancher, les imperfections du pied de micro ainsi que les prises de courant et tout ce qui était accroché au mur.

14 montage

Balance des blancs

Pour finaliser mon image, j’ai utilisé la Balance des couleurs (Image> Réglage> Balance des couleurs), supprimant la dominante de couleur rouge et renforçant le contraste avec Image> Réglages> Luminosité/Contraste pour donner un peu plus de caractère à la photo.